La cérémonie d’intégration de la première session du cycle préparatoire au concours de l’ENA d’Egypte - 6 novembre 2019 2
La cérémonie d’intégration de la première session du cycle préparatoire au concours de l’ENA d’Egypte - 6 novembre 2019
previous arrow
next arrow

La coopération technique couvre la coopération institutionnelle, juridique et administrative, entre les institutions publiques françaises et égyptiennes en vue d’une meilleure gestion administrative et gouvernance.
Elle couvre également la coopération avec différents acteurs non institutionnels, français et égyptiens, en lien avec la société civile.
Elle contribue au dialogue avec les bailleurs internationaux intervenant en Egypte sur les questions de développement.

 

La coopération institutionnelle : une coopération historique et appréciée par les institutions égyptiennes

Coopération entre juridictions : renforcer les liens entre les systèmes judiciaires des deux pays

Le système juridique égyptien est fortement inspiré du modèle juridique français, notamment le Code Napoléon. L’Egypte est ainsi dotée d’une organisation judiciaire d’inspiration française, tant dans le domaine du droit public que du droit privé.
L’IFE, à travers son secteur de coopération technique, soutient la coopération entre les institutions judiciaires françaises et égyptiennes, et l’échange d’expertise entre leurs magistrats, ainsi que la formation de procureurs et magistrats des deux pays.

Coopération administrative : formation des hauts fonctionnaires de l’État égyptien

La coopération franco-égyptienne dans le domaine de l’administration publique est fondée sur la proximité institutionnelle des fonctions publiques française et égyptienne.
Cette coopération est axée autour de l’appui à la formation des hauts fonctionnaires et de jeunes diplomates à travers les formations offertes par l’École Nationale d’Administration-ENA, en France, et l’appui à la création d’une ENA d’Egypte, en partenariat avec la National Training Academy (NTA).
La première promotion de préparation au concours d’entrée à l’ENA d’Egypte (dans le cadre du programme Executive Presidential Leaders Program) a été installée le 6 novembre 2020 en présence de l’Ambassadeur de France.

 

La coopération avec la société civile

Un lien régulier est maintenu non seulement avec les ONG françaises travaillant en Egypte, mais aussi avec les ONG égyptiennes. Le soutien à la société civile est concrétisé par des subventions aux ONG, et par l’organisation de visites d’études en France au bénéfice de journalistes et de chercheurs, leur permettant de découvrir les institutions françaises et d’engager des réflexions communes avec leurs homologues français. Ce secteur porte une attention particulière à la question de genre, en l’intégrant dans l’ensemble de ses actions (représentation des femmes dans les jurys de sélection des bourses, évaluation des retombées des programmes en termes de genre…).

La coopération avec la société civile couvre quatre séries d’activités :
– coordination des activités pour célébrer la Journée Internationale des Droits des Femmes, et lancement d’un prix, annuel, de l’égalité entre les femmes et les hommes à destination des ONG égyptiennes. Un Prix de l’Egalité est remis lors de la soirée organisée par l’Institut chaque 8 mars,
– octroi de subventions sur appels à projets à destination des ONG égyptiennes, en vue de la mise en place des projets sur des thèmes touchant les jeunes, l’innovation sociale, ou les questions d’actualité comme la COVID19,
– financement de visites d’étude en France au bénéfice des jeunes journalistes et analystes, comme le programme Bassem SABRY, qui permet aux journalistes de mieux connaître la France et les grands débats qui animent la société française,
– maintien d’un lien avec les ONG françaises et égyptiennes, et mise à leur disposition, sur demande, des salles et de l’auditorium de l’IFE pour l’organisation de leurs ateliers et de conférences sur des thèmes variés.

 

La coopération avec les organisations internationales

La France est représentée au sein des réunions des institutions internationales et européennes présentes au Caire. Ce travail régulier de veille et de dialogue permet de relayer les analyses françaises dans les actions multilatérales et européennes.

 

La coopération juridictionnelle

La coopération juridictionnelle renforce les liens entre magistrats et procureurs égyptiens avec leurs équivalents français à travers des échanges et des formations. Cela couvre les instances judiciaires (Ministère de la justice, Tribunaux et Cours d’appel, la Cour de Cassation, Parquet général), comme les juridictions administratives (Conseil d’Etat).
L’IFE entretient un lien étroit avec l’École Nationale de la Magistrature (ENM), en France et offre douze bourses de stages en France aux magistrats et procureurs égyptiens chaque année :
– une formation initiale (12 mois) et deux formations spécialisées en droit pénal et en droit civil (1 mois pour chaque formation),
– 9 formations courtes (de 3 jours à 2 semaines), sur des thèmes spécialisés comme « la lutte contre la corruption » ou « l’enquête économique et financière », par exemple.

En lien avec le département des cours et des formations de l’IFE, des cours de français juridique sont dispensés aux membres de différentes institutions judiciaires, et une quinzaine de bourses de stages linguistiques, de deux semaines en France, sont offertes aux meilleurs apprenants.

La coopération administrative

La coopération administrative propose aux hauts fonctionnaires égyptiens des bourses de stage dans la prestigieuse ENA française.

Avec le soutien de bourses de l’IFE, l’ENA accueille des fonctionnaires égyptiens pour :
– un cycle international long (CIL, 14 mois) à destination de fonctionnaires en début de carrière,
– un cycle international de perfectionnement (CIP, 8 mois), pour des fonctionnaires plus expérimentés,
– des formations spécifiques (2 à 3 semaines), sur des thèmes comme « la gestion du projet ».

Le recrutement pour ces formations se fait directement auprès des ministères et institutions
égyptiennes.
D’autre part, un partenariat historique lie l’IFE à l’Institut d’Etudes diplomatiques égyptien, chargé de former les nouveaux attachés diplomatiques, pour leur permettre de bénéficier de formations adaptées à leur besoins et d’une visite d’étude en France.

Le projet de création d’une ENA d’Egypte : projet voulu par le Président de la République égyptienne et a donné lieu à la signature d’un mémorandum d’entente entre l’ENA et la National Training Academy (NTA), qui hébergera la future ENA égyptienne, lors de la visite du Président Macron en Égypte en janvier 2019.
Le fonctionnement pour l’ENAE sera le suivant :
1- Un cycle préparatoire de mise à niveau de sept mois, pour environ 200 jeunes fonctionnaires. Les candidats sont choisis sur concours.
2- Une formation initiale, à l’issue d’un concours respectant des conditions strictes de ‎transparence et d’objectivité, offerte aux cent meilleurs candidats pour une scolarité de 12 mois très fortement orientée sur des travaux pratiques : 6 mois de formation, 6 mois de stage. Les lauréats ont vocation à être affectés à des postes de haut niveau.

Pour plus d’information: tech-gouv@ifegypte.com